Envol à bord d’ « Air St-Maurice »

Ce n’est pas qu’un simple hydravion… c’est

Isabelle canada
Envol à bord d’ « Air St-Maurice »

Ce n’est pas qu’un simple hydravion… c’est un hydravion de brousse ! Ne me demandez pas la différence avec un hydravion “normal”, mais avant même de monter à bord on se sent déjà un peu dans la peau d’Indiana Johns. Il faut avouer qu’il a vraiment de la gueule, notre vieux coucou arrimé au ponton du Lac Long, à quelques kilomètres de Tadoussac. Avec son look rétro, son intérieur au confort des plus rudimentaires, on sent qu’on va faire un voyage dans le temps.

Notre capitaine semble tout droit sorti d’un film de guerre avec son visage buriné et sa casquette vissée sur le crâne. Dix minutes avant le décollage, il lance le moteur à chauffer. Le vol dure 20 minutes à 600 m de hauteur, et nous survolerons le fjord de Saguenay, le Saint-Laurent et l’arrière-pays. Malgré les bancs de brume, on a la chance d’apercevoir des familles de bélugas non loin du Cap-de-Bon-Désir. Le vol ne dure pas longtemps, mais les sensations sont si grisantes que c’est une expérience inoubliable !

Un peu d'histoire

A ce qu’il me semble, on peut considérer le Beaver presque comme une pièce de collection.Construit entre 1947 et 1968 à 1700 exemplaires, 800 modèles seront dévolus à l’armée américaine. Au cours de la guerre de Corée, ils ont été utilisés pour le ravitaillement des troupes, la photographie aérienne, ou comme ambulances. En terme d’aviation civile, le beaver s’est vu décerner le prix de “meilleur avion de brousse jamais construit”. Moi, je valide !!!!

Une vraie pièce de collection !

Bon à savoir

Il a fallu faire preuve d’un peu de persévérance avant de pouvoir réserver. En effet, les vols ne sont possibles que si 3 personnes montent à bord. Comme nous n’étions que 2, il fallait soit payer la place de la 3eme personne, soit attendre qu’une personne seule nous accompagne. Mais la patience finit toujours par payer…